Pour ce cercle de tambours chamaniques en forêt nous étions 6.

Cela m’a fait plaisir de vivre ce cercle en si belle et bonne compagnie et avec la forte présence du vent et les douces bénédictions de la pluie.

Après avoir demandé la permission au lieu. Nous avons de suite installé une bâche avec des cordes et des élastiques pour bien nous mettre au sec pendant les pauses et protéger nos affaires.

Le thème était « il est temps de semer ». D’origine espagnole j’ai de la difficulté à prononcer les diffuses façons de prononcer les « E » en français.

Les participants avaient entendu « il est temps de S’aimer ».

Ainsi soit-il, avec ce complément pour l’intention de ce cercle. Nous avons récolté les semences pour s’aimer.

Pendant tout le cercle la notion de « l’amour de soi « venait régulièrement.

A l’appel de l’esprit du feu, nous étions plusieurs à constater l’impatience du serpent-dragon qui tournait très vite autour du foyer.

L’esprit du feu est venu rapidement et étonnamment avec peu de fumé malgré le bois humide. Notre allié le vent a vite séché notre abondante récolte de bois.

J’ai légèrement modifié le rituel des joyaux pour proposer ce rituel de recevoir les semences pour chacun de nous.

Un tour supplémentaire a été nécessaire pour capter toute la symbolique et les complément d’informations donnés par nos guides. Cela était juste et nécessaire pour la suite du travail.

Pour moi les semences étaient :

Du nord est venu l’esprit de ma colère, il était transcendé et lumineux. Il m’a apporté « la force et le courage ».

De l’est est venu mon esprit de la tristesse sous une forme mythologique. Il m’a apporté « le feu de la passion ».

Du sud l’esprit de la baleine cosmique m’a apporté « le Krill des prières exaucées » et des centaines de petites tortues m’ont apporté « des perles des instant présents ».

De l’ouest entre les racines d’un esprit mélèze, un renard m’a apporté, non la tomme volée au corbeau mais « un rayon de miel doré pour la douceur de vivre ».

Des trois autres directions, j’ai reçu d’autres semences que je ne dois pas nommer.

La meilleure des semences pour notre jardin intérieur sont les ingrédients de l’amour de soi. Tout le reste devient fluide.

Entre chaque rituel et tour de tambour nous avons partagé nos visions avec le rituel du bâton de parole.

J’ai ensuite proposé d’accompagner les participants-es avec le rituel de la vallée des ancêtres.

Un rituel pour nettoyer nos lignes biologiques et spirituelles de nos ancêtres. Les partages suite à ce rituel étaient forts de symbolique et d’émotions. D’où l’importance de délivrer les fardeaux et nettoyer nos lignées ancestrales.

Nous avons pris une bonne pause avec des biscuits (genre que je n’achète jamais car j’en devient addicte) et du bon thé.

La présence du vent faisait danser les arbres et leurs feuilles chantaient les vagues de la mer.

La suite du travail consistait a travailler en binômes pour le rituel de la tortue cosmique visionnaire.

La guérison peu aussi venir du futur. Nous avons ramené au moment présent ces belles énergies de notre meilleure version future.

Pour ce rituel nous étions par binômes hommes -femmes. Naturellement les femmes ont commencé. Pour le tour des hommes, nous avons reçu les copieuses bénédictions de la pluie. J’en ris encore.

Pour moi, la vision du rituel de la tortue cosmique visionnaire a était au-delà de ma finitude. Cela m’a apporté de la quiétude et une belle prise de conscience.

Encore un cercle pour expérimenter la guérison du passé-présent-futur et l’intemporalité.

Nous avons continué et terminé avec un tour de tambour pour le fun et un tour de gratitude.

Pendant un de ces tours de tambours, j’ai reçu la vision du rituel du prochain cercle de tambours, je me réjouis de recevoir le nom et le thème pour ce rituel.

A la fin du cercle le vent est tombé et le calme revenu. Les chants des oiseaux n’ont pas cessé pour autant.

Nous avons partagé nos mets préparés, autres bonnes victuailles et boissons. Ma tortilla aux légumes a eu un bon succès.

Nous avons parlé à bâtons rompus jusqu’à tard dans la nuit.

Un beau cercle.

Ma prise de conscience pendant ce cercle de tambour ?

J’ai observé ma meilleure version future de moi-même et je ferai de mon mieux pour y arriver parce que cela en vaut la peine et qu’un jour arrivera le moment de ma finitude.

« Vis chaque jour comme si c’était le dernier ainsi le jour de ta mort tu n’auras aucun regret ».

C’est le plus beau cadeau que je puisse m’offrir.

Le monde continuera sans moi, sans nous mais j’ai vu la meilleure version pour l’humanité et la planète.

Cela me procure confiance et sérénité.

Dans la joie de vivre le prochain cercle

Joie et douceur sur vos sentier.

Jaime